Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm

Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm

Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm
Dimensions / Size : Plaque : 32 cm par 29 cm de hauteur. Totales : 42 cm par 39,5 cm de hauteur. Poids / Weight : 4,2 kg. Plaque en bronze à patine jaune, datée 1913, de style art-déco. Fixé sur bois recouvert de velours blanc cassé, au dos un carré de soie et des anneaux d'accroche en bronze. Quelques petits défauts décrits plus bas. Grand prix de Rome 1913, par Susse frères, éditeurs à Paris. Signé Raoul Bénard en bas à gauche. A signaler quelques frottements et changements de patines ici.

A signaler un choc ici. Deux anneaux d'accroche ici. La reine est un enjeu central dans les luttes dinfluence qui aboutissent après sa mort à lunion de la Bretagne à la France en 1532.

La noblesse bretonne, voulant préserver ses privilèges comme ses prérogatives, s'évertue alors à prouver par l'intermédiaire de l'historiographie régionale que sa dernière duchesse a résisté à cette annexionNote 2. Anne de Bretagne reste depuis lors dans la mémoire bretonne un personnage soucieux de défendre le duché face à l'appétit du royaume de France. Parallèlement, elle est élevée dans la mémoire nationale comme un symbole de paix et de concorde dans le royaume de France dont elle en a été sacrée la mère1. Le destin posthume d'Anne de Bretagne est composé d'images déformées par son histoire façonnée par les calculs politiques et les jeux de propagande.

D'où la nécessité de séparer l'historiographie objective d'Anne de Bretagne de l'imaginaire collectif breton qui fait régulièrement appel à cette référence culturelle dans des supports publicitaires, des spectacles et manifestations folkloriques, et de dépasser la vision antagoniste des historiens bretons qui poursuivent avec ce personnage une mythification de leur passé, et une historiographie nationale voulant forger le mythe d'une nation française une et indivisible Claude de France (Romorantin, 13 octobre 1499 - Blois, 20 juillet 1524), duchesse de Bretagne (1514) devint aussi reine de France (1515), en épousant François Ier, roi de France. Elle est la fille du roi Louis XII de France et d'Anne de Bretagne. Elle meurt à 24 ans après avoir mis au monde sept enfants2. Claude naît le 13 octobre 1499 à Romorantin3. Elle est duchesse de Bretagne en 1514, reine de France en 1515, comtesse de Soissons, de Blois, de Coucy, d'Étampes, de Montfort, et duchesse de Milan.

Fille du roi Louis XII et de la duchesse Anne de Bretagne, elle reçoit son prénom en hommage à saint Claude que sa mère avait invoqué lors d'un pèlerinage afin qu'elle puisse donner le jour à un enfant viable. En effet, des quatorze enfants que celle-ci a eus, seuls deux lui survécurent. Cependant, si elle peut succéder à sa mère sur le trône de Bretagne, elle ne peut comme fille succéder à son père sur le trône de France du fait de la loi salique. Un argument diplomatique Héritière du duché de Bretagne réf.

Souhaitée, elle est fiancée au duc Charles de Luxembourg (le futur Charles Quint) petit-fils de l'empereur Maximilien (lui-même premier mari - par procuration - d'Anne de Bretagne). Ce sont sa propre mère, Anne de Bretagne, et le cardinal d'Amboise, qui promeuvent cette solution. Amboise cherche essentiellement à faire pièce au maréchal de Gié qui soutient au contraire le mariage de la jeune princesse avec le duc de Valois, tandis que la reine veut ménager la survie de ses États4 et éviter que la Bretagne ne tombe entre les mains du jeune duc de Valois qu'elle détestait franchement. Louis XII s'y résout parce qu'il a besoin de l'alliance impériale dans la guerre qu'il mène en Italie et notamment pour recevoir l'investiture du duché de Milan5. Ce contrat de mariage est signé le 10 août 1501 à Lyon par François de Busleyden, archevêque de Besançon, Guillaume de Croÿ, Nicolas de Rutter et Pierre Lesseman, les ambassadeurs de Philippe le Beau, roi de Castille, archiduc d'Autriche et duc de Bourgogne, père du jeune duc de Luxembourg. Ces fiançailles auraient fait passer la Bretagne à la mort d'Anne dans les mains de ce prince, déjà appelé à hériter des Espagnes, de l'Autriche et des états bourguignons. En outre, les trois traités de Blois, précisant en 1504 le dispositif, donnaient à Claude une dot somptueuse en cas de défaut d'héritier mâle pour Louis XII : la Bretagne, déjà mentionnée, mais aussi les duchés de Milan et de Bourgogne, les comtés de Blois et d'Asti ainsi que le territoire de la république de Gênes, alors occupée par la France6. En un mot, toutes les causes de la rivalité à venir entre Charles Quint et François Ier auraient été tranchées avant même l'avènement de ces deux princes. En 1505, Louis XII, très malade, craignant pour sa vie et ne souhaitant pas obérer le règne de son seul héritier, fait annuler ces fiançailles par les États généraux de Tours, au profit du jeune duc de Valois, le futur François Ier.

Il est vrai que Louise de Savoie avait arraché au roi la promesse secrète que Claude serait mariée à son propre fils7. Anne de Bretagne, furieuse de voir Gié triompher, déploya toute son influence pour obtenir sa condamnation en lèse-majesté devant le parlement de Paris8. Reine de France Fiançailles de François d'Angoulême et Claude de France par Guilla. L'item "Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm" est en vente depuis le samedi 6 janvier 2018.

Il est dans la catégorie "Art, antiquités\Art du XXe, contemporain\Sculptures, statues".art" et est localisé à/en Toulouse. Cet article peut être livré partout dans le monde.


Femme nue assise Rome 1913 Raoul Benard Susse Frères sculpture art déco 4kg 32cm